Concours International 1991 / 1992

Les espaces publics ordinaires
1er PRIX

cliquez sur l'image
Jean-Baptiste FLICHY
ESAJ

« projet jugé très innovant dans son concept créant un espace relié à la nature qui n’est ni une place ni un mail ni un carrefour. Il propose de créer une ouverture vers la vallée, retraite le tracé de la rivière et s’inscrit autour du champ de foire suivant un dessin jugé séduisant et original. Ce projet a su tirer parti du paysage pour recomposer un espace qui n’avait pas à priori vocation à être mis en valeur. Ensemble bien présenté et d’une expression graphique agréable. »
1er PRIX ex aequo
Sandrine JOURDAIN
Ecole d’Architecture de Paris-Conflans

« projet jugé fort par la relecture faite sur la fonction du cimetière. Il rend une âme à cette fonction urbaine en créant un sens au cheminent des visiteurs par le tracé d’une oblique, contrastant avec le maillage actuel de distribution, ouverte symboliquement en tranchée comme une déchirure et conduisant à un repère architectural créé de toute pièce et mis en perspective, un crématorium. Ce parti de composition très affirmé permet de rendre »
1er PRIX ex aequo
Sandrine GAUTHIER et Valérie JACQUES
Ecole Centrale des Arts et manufactures

Fabio PANE et Sarah SAINSAULIEU
E.S.A.J.

« projet jugé riche et offrant une réponse intelligente au difficile problème de l’axe historique en arrière de l’Arche de la Défense. Il créé une césure qui vient bien dans le site, offrant une traversée agréable d’un lieu qui conserve sa fonction de cimetière. Le parti pris d’une complexité avec la création d’une colline et d’une composition paysagère diversifiée a été jugé très intéressant. L’expression graphique es claire et les textes d’accompagnement sont explicites »


Le concours 1991 invite les étudiants à effectuer un exercice mettant en valeur les caractéristiques et les qualités urbaines d’une dizaine d’espaces publics ordinaires de la ville.

Les espaces urbains proposés au concours sont les suivants :

- la rue
- l’avenue
- le boulevard
- le mail
- le marché
- les berges
- le cimetière
- le carrefour
- le passage
- la cour

Jury
le jury est composé de personnalités qualifiées, choisies par le Séminaire Robert Auzelle.
Monsieur Christophe BAYLE président du jury, rédacteur en chef de la revue "Urbanisme"

Monsieur Paul-Louis CAMIZON, président de la Chambre des promoteurs constructeur (IDF)
Monsieur Pierre DAVID Enseignant à l'école d'architecture de Versailles
Monsieur GRETHER architecte et urbaniste à l'APUR
Monsieur Xavier MARBOT professeur à l'ENSAD
Monsieur Michel MAROT professuer à l'ENSBA
Monsieur Jean-Bernard PERRIN président de l'Agence de l'Arbre
Monsieur Michel RAGON écrivain
Monsieur Jean-Claude RIBAUTreprésentant le CNOA

Conclusion du jury
L’existence du Concours d'art urbain est un évènement à double titre. Le fait que ce prix soit décerné en dehors de toute volonté de promotion d’un support médiatique est le signe que les professionnels reprennent confiance dans leur utilité sociale.
Le deuxième signe tient au nombre d’étudiants de toutes origines qui se sentent concernés par cette démarche. Il montre que les étudiants veulent investir et s’investir dans ce domaine.
En cela ils répondent à une attente.
L’art urbain pose en effet la question d’un au-delà de la nature. Car pratiquer l’art urbain, c’est faire plus confiance à l’homme qu’à la nature pour oser un geste de consolation qui aide les hommes à vitre ensemble.
C’est donc avec grand plaisir que le jury a décerné cette première remise du prix Robert Auzelle. Avec un clin d’œil au maître. Deux projets primés n’ont-ils pas choisi de s’exprimer au travers des projets d’aménagement de cimetières !
Il ne faut pas y voir un hasard, mais un constat : les cimetières sont encore des lieux où l’expression physique de l’espace est en relation profonde avec l’émotion des sujets qui les pratiquent.
Le message qu’ils nous livre pourrait être alors le suivant : l’art urbain sera vivant le jour où il exprimera toutes les sortes d’émotions offertes par une époque qui n’en est pas avare.
Le jury comprend les étudiants et les membres du Séminaire Robert Auzelle qui croient à l’avenir de l’art urbain, il y a tant de choses qui sont dites dans les colonnes de nos journaux mais qui ne s’expriment pas dans l’espace.
A la suite de ce concours, le jury à envie de dire, pas encore. Mais la palce est désormais offerte. Le canal est ouvert.

M. Christophe BAYLE
Président du jury